Histoire - Salvation Army Canada

Histoire

L’Armée du Salut a commencé son travail au Canada en 1882, seulement quinze ans après la Confédération, et est rapidement devenue une partie essentielle de la vie spirituelle et sociale du pays. Les premières « réunions en plein air », ou services religieux, ont eu lieu à Toronto et à London, en Ontario, en 1882. Ceux-ci étaient dirigés par des immigrants britanniques qui avaient connu l’armée dans leur patrie. Les opérations officielles de l’Armée du Salut ont commencé en juillet de la même année lorsque le major Thomas Moore est arrivé du quartier général des États-Unis pour prendre les choses en main.

À ce moment-là, il y avait 11 « corps » ou congrégations en Ontario, et un an plus tard, le Canada a été déclaré territoire indépendant, responsable de sa propre gouvernance au sein de l’organisation mondiale. Dès le début, l’Armée de terre du Canada a adopté la philosophie du fondateur William Booth selon laquelle il est inutile de prêcher le salut aux personnes affamées sans répondre à leurs besoins physiques. C’est ainsi que le concept de « soupe, savon et salut » s’est adopté, pour être développé plus tard dans les programmes complets de services sociaux que l’Armée du Salut exploite aujourd’hui, dont bon nombre sont en partenariat avec le gouvernement. William Booth était un ministre méthodiste dissident, qui a pris sa sensibilité wesleyenne et le commandement du Christ de « nourrir mes brebis » à leur conclusion logique. Commençant sous le nom de Mission chrétienne dans l’East End de Londres, en Angleterre, en 1865, elle fut réintent nommée L’Armée du Salut en 1878, afin de refléter la structure de plus en plus militaire adoptée par le mouvement.

C’est ce qui est arrivé au Canada seulement quatre ans plus tard, et la croissance de l’Armée de terre en tant qu’organisme religieux et de services sociaux depuis lors a fait le parallèle avec le développement du Canada en tant que nation. Il y avait beaucoup d’opposition à l’armée et à ses méthodes de la part des politiciens municipaux et d’autres intérêts bien ancrés au début, et les salvaitonistes étaient souvent battus et emprisonnés pour leurs activités dans les rues des villes et villages du Canada. Malgré cela, il y a eu une acceptation éventuelle du mouvement car il a démontré les avantages sociaux qui ont accumulé de ses activités.

Le travail social des hommes a commencé en 1890 avec une maison de prison gate à Toronto. La même année, un refuge pour enfants a été ouvert. La première maternité a été ouverte à Saint John, en Nouvelle.B en 1898, précurseur des Hôpitaux Grace de l’Armée du Salut. En 1901, l’Armée du Salut recommanda au gouvernement fédéral l’adoption d’un système de probation des prisonniers, menant au premier programme de libération conditionnelle du Canada. En 1908, les travaux de sauvetage (maintenant appelés re-cyclisme) ont commencé à Toronto, menant aux magasins d’aubaines bien connus. En 1911, le premier centre de détention pour mineurs a été établi au Manitoba et remis à l’Armée de terre pour y opérer. La même année, une colonie agricole a été établie à Coombs, en Colombie.C. Le statut de l’Armée du Salut au Canada a été inscrit dans la loi en 1909 lorsque le Parlement a adopté une loi donnant à l’organisation un statut juridique, sa gouvernance devant être menée par le Conseil des gouverneurs de l’Armée du Salut au Canada, une situation qui se poursuit encore aujourd’hui. Au cours de ses premières années, le territoire canadien était dirigé principalement par des