Un simple sac de maïs soufflé - Salvation Army Canada

Archives

  • mars3mer.

    Un simple sac de maïs soufflé

    Pour de nombreux travailleurs de première ligne, c’était beaucoup plus. mars 3, 2021 Lisa Hillier
    La major Lisa Hillier fait une livraison particulière
    La major Lisa Hillier fait une livraison particulière

    « Qu’allons-nous faire de tout ça?, ai-je demandé à Morgan, mon mari, qui venait de déposer trois énormes sacs de gâteries — du maïs soufflé, des chocolats, des croustilles et des bonbons — sur le plancher du gymnase de notre église. »

    Nous étions en confinement depuis deux semaines en raison de la pandémie de COVID-19 lorsqu’un commerçant du quartier a fait un don à l’Armée du Salut, dont trois énormes sacs remplis de friandises pour notre église.

    En examinant le contenu, je me suis demandé comment cela pourrait être utile dans notre ministère.

    En raison du confinement, joindre les membres de la congrégation de la citadelle de Mount Pearl (Terre-Neuve-et-Labrador) relevait du défi. En qualité de pasteurs, nous étions coupés des personnes dont nous avions la charge pastorale, et qui étaient angoissées et craintives.

    Chaque jour, je me demandais comment exercer mon ministère auprès d’elles. Comment pourrais-je leur donner de l’espoir?

    Du porte-à-porte empreint de gratitude
    Morgan et moi avons pris conscience que Dieu nous donnait la réponse. Nous avons utilisé le généreux don pour préparer 35 sacs-surprises à l’intention de travailleurs essentiels associés à notre église —infirmiers/infirmières, pompiers, pharmaciens, employés de magasin, et autres corps de métier, qui n’avaient pas le choix d’aller chaque jour sur le terrain de faire face à l’inconnu.

    Mon mari et moi avons distribué les sacs-surprises dans toute la ville en respectant les normes de distanciation physique, naturellement. La majorité des bénéficiaires ont exprimé leur gratitude sur-le-champ ou dans les médias sociaux. Mais six mois plus tard, nous avons reçu une note de l’épouse d’un premier intervenant, qui nous a énormément touchés.

    Du baume sur le cœur
    La note allait comme suit :

    « Merci. Dans les premières semaines de la pandémie de COVID-19, lorsque l’atmosphère était glauque et angoissante et que la plupart des industries et des commerces étaient fermés, c’était très difficile de voir Pat, mon mari, se rendre au travail. Nos garçons partageaient mes inquiétudes. Nous ne savions pas ce à quoi Pat allait faire face ni ce qu’il allait ramener à la maison. Et même si c’est Pat qui devait sortir, les garçons et moi nous faisions du mauvais sang. Cette période a été difficile pour toute la famille.

    Un jour, quelqu’un a sonné à la porte.

    Je me demandais qui cela pouvait être. Ne sait-on pas qu’un confinement a été décrété?

    En ouvrant, j’ai aperçu une personne qui souriait et qui m’a remis un sac-surprise pour remercier Pat du travail qu’il effectuait en première ligne. Ce sac-surprise nous a tous remonté le moral. Non seulement pour ce qu’il contenait, mais pour ce qu’il signifiait : qu’il y avait encore de l’espoir et de la bonté dans nos cœurs.

    « C’était un peu comme le matin de Noël, nous étions tous assis en rond en train de savourer de petites gâteries. Nous étions étonnés de constater que le sac-surprise contenait toutes nos friandises préférées, comme si nous les avions commandées. Des bonbons pour Mitchell, des chocolats pour Brandon, des croustilles cuites à la marmite pour Pat, et à la crème sure pour moi.

    Je voulais personnellement remercier la congrégation d’avoir pensé à nous et de nous avoir mis du baume au cœur.

    « Un don d’espoir pour la vie » est la devise de l’Armée du Salut. L’objectif de ces petits sacs-surprises était de remercier et d’encourager ceux qui mettent leur santé en danger pour aider autrui. C’est formidable de voir comment Dieu a utilisé le don qui avait été fait en son nom à cet égard.


    (à gauche) La major Lisa Hillier et son mari, le major Morgan Hillier, co-pasteurs de la citadelle de l’Armée du Salut à Mount Pearl.

    Laisser un commentaire